Compte-rendu des CTSD et CDEN du Lot du vendredi 3 septembre 2021.

Suite aux déclarations liminaires, le DASEN dit que les problèmes sont surtout dans le second degré et qu’il recevra les équipes en audience. (note des rédacteurs de la synthèse : Le DASEN reçoit beaucoup en audience, il écoute mais il ne prend aucune décision qui pourrait régler les difficultés de terrain qui lui sont transmises). Il ajoute que, dans le contexte sanitaire actuel, les personnels soignants dans les établissements (infirmiers et infirmières, médecins scolaires) qui ont un statut professionnel bien précis, doivent aller bien au-delà de leur mission en ce moment. Et pourtant, aucune création de poste de médecin, de COP, d’infirmiers scolaires malgré les multiples demandes de la CGT au niveau départemental et national.

 

Ordre du jour :

1- Rentrée du premier degré :

On « perd » des élèves cette année encore. Nationalement il y a donc une chute des effectifs cela ne devrait plus être vu comme une information. Pourquoi commencer une instance de rentrée par une information anxiogène si ce n’est pour ensuite justifier une baisse des moyens ?  

Sur le logiciel Andjaro, nous rappelons au DASEN que ce logiciel est une plaie pour les BD dont il est sensé faciliter la tâche. Le DASEN répond qu’il manque aux BD le discours qui leur permettra de bien comprendre l’utilité de ce logiciel (sic) : une réunion d’information est prévue pour les BD le 9 septembre en visioconférence à 17 heures.    

Point positif, les postes provisoires qui ont commencé à la rentrée se révèlent justifiés. Nous nous retrouvons donc avec pour les écoles suivantes :

              Cahors Bénac : 20,1 élèves par classe

              St-Géry Vers : 18 élèves par classe

              Sauzet : 22,8 élèves par classe

          Béduer Faycelle : 21,8 élèves par classe (après vote à l’unanimité : ce poste provisoire est transformé en poste définitif).

Les effectifs de quelques RPI (regroupements pédagogiques intercommunaux) se retrouvent à la rentrée en baisse par rapport aux prévisions.

Une discussion s’instaure sur la proportion de l’instruction en famille dans les baisses d’effectifs. Comment ne pas s’interroger sur l’image que notre Education Nationale renvoie aux parents quand elle n’est que rigidité, suppression de postes, absence de projet éducatif départemental ?  

Une discussion est amenée par le DASEN : d’abord au CTSD puis au CDEN. Le DASEN informe les personnes présentes de la contestation au tribunal administratif par les maires de Cahus Laval-de-Cère de la suppression d’une classe sur le RPI Cahus Laval-de-Cère. Le tribunal, n’ayant pu instruire la contestation, a suspendu les effets de la décision dans l’attente d’un jugement de fond. Le juge suspend les effets de la décision : la classe n’est donc pas supprimée pour l’instant. Ensuite, le DASEN déclare que sur les 29  élèves prévus par les services de la DSDEN pour cette rentrée il n’y a que 28 élèves présents. Or, le tribunal avait été saisi sur une prévision de 42 élèves. Malgré notre demande, aucune réponse n’est donnée à notre question : où sont passés les 13 élèves manquants à cette rentrée ? Il souhaite avoir l’avis de chacun sur l’avis de cette situation. L’avis de la CGT est qu’il impensable et impossible de se prononcer sur une telle suppression sans avoir une réponse à la disparition des 13 élèves.

Le cas de l’école de Saint-Sozy est posé par le DASEN : une création de classe pourrait être envisagée dans cette école car les effectifs y sont très importants. La CGT pose la question : ne serait-ce pas déshabiller une école (cf. Laval-de-Cère) pour habiller l’autre (Saint-Sozy) ? Il répond par la négative.

 Lors des votes, le DASEN propose dans un premier temps la suppression d’une classe dans l’école de Laval-de-Cère (la CGT et FO ont voté contre cette suppression, refus de vote de la FSU, vote pour de l’UNSA,  ) et dans un deuxième temps la création d’une classe dans l’école de Saint-Sozy (le vote est unanime pour la création d’une classe en plus dans cette école). Nous dénonçons cette pratique qui consiste à proposer la suppression d’une classe (dans une instruction judiciaire qui n’est pas terminée) alors que nous ne savons toujours pas où sont passés les élèves.

2-Questions diverses :

Lors des questions diverses l’après-midi (et suite à notre déclaration liminaire), nous revenons sur le cas très problématique du collège l’Impernal de Luzech. 91 élèves sont prévus cette année pour le niveau 4e : deux classes de 30 élèves et une classe de 31 élèves (dans laquelle quatre enfants sont accompagnés par deux AESH). Cet établissement quasiment neuf a été construit pour accueillir quatre classes par niveau. La scolarité de ce niveau de 4e a été fortement dégradée pendant leurs années de collège à cause de l’épidémie. Ce collège est dans l’incapacité de faire des dédoublements importants sur ce niveau car les niveaux 6e et 3e connaissent eux aussi des effectifs qui sont compris entre 27 et 30 élèves. De plus, le DASEN refuse toujours de financer la LV2 Chinois (7,5 heures) en heures poste (cette LV2 a pourtant été imposée par son prédécesseur) mais en prenant sur les heures prévues pour des dédoublements. La situation est inadmissible.

La CGT educ’action 46 condamne la lenteur de la réponse du DASEN et du Recteur, lenteur qui laisse les familles, les élèves et le personnel dans une situation sanitaire et pédagogique indécente.  

 

Les enseignants du collège se sont massivement mis en grève le lundi 6 septembre et ont alerté les familles des conditions d’apprentissage inadmissibles dans lesquelles se trouvent leurs enfants. Dans le cas où aucune réponse satisfaisante ne serait  donnée aux revendications légitimes des personnels du collège de Luzech, la CGT Educ’action 46 a déposé un préavis de grève départemental pour la journée du lundi 13 septembre.

Déclaration liminaire de la CGT éduc’action au CTSD.

Declaration-CTSD-3septembre2021-finale

Déclaration liminaire de la CGT éduc’action au CDEN.

Declaration liminaire-CDEN 3 septembre 2021

Pour contacter la CGT éduc’action 46.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *